Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 21:47

Ibn 'Arabî (Muhyî al-Dîn Abu 'Abd Allah Muhammad b. 'Alî b. Muhammad al-Tâ'î al-Hâtimî)

Né en 560H/1165 à Murcie en Andalousie, il est considéré comme « le plus grand des maîtres » (shaykh al-akbar). Son influence fut fondamentale. Il fut véritablement le « Vivificateur de la tradition » comme son surnom de Muhyî al-Dîn l'indique. On lui attribue plus de huit cents ouvrages.

Ibn 'Arabî vint à Séville à l'âge de huit ans, y fit ses études et y mena la vie aisée d'un adolescent issu d'une famille noble. Très tôt cependant, lors d'une maladie qui le fit passer pour mort à son entourage, il eut une vision qui détermina sa vie spirituelle. Tout en soutenant que sa connaissance lui fut communiquée sans intermédiaire, on sait cependant qu'il servit de nombreux shuyûkh d'Espagne et d'Afrique du Nord, notamment en Tunisie, en Égypte et à Jérusalem. Lui-même mentionne Abû Madyan comme son maître bien qu'il ne le rencontra jamais extérieurement. Son rattachement se fit vraisemblablement par l'intermédiaire de Sayyidinâ 'Isa (Jésus) et il fut en contact aussi avec le personnage appelé dans le Coran, Khidr, qui représentait la science cachée dès les temps de Moïse. La filiation spirituelle à laquelle se relie Ibn 'Arabî s'effectua sous des modalités extrêmement rares qui dépassent le cadre d'investigation strictement historique. Tout en voyageant beaucoup, jusqu'en 590H/1194, il garda longtemps Séville comme point d'attache. Il séjourna deux années à La Mecque où il se rendit, pour la première fois, en 598H/1201 et y eut de nombreuses ouvertures et visions. C'est là où il reconnut dans la Ka'ba le point de jonction entre les mondes de l'invisible (ghayb) et du visible (shuhûd) et où il commença son ouvrage le plus fameux, les Futûhât al-Makkiyya qui comprend plusieurs milliers de pages (l'œuvre a été qualifiée de « Bible de l'ésotérisme en Islam »). Il se rendit ensuite en Syrie puis revint à Jérusalem, au Caire et à La Mecque enfin à Konya et à nouveau en Syrie. Outre Bagdad, il visitera aussi Alep et Sivas. Mais, à partir, de 6I2H/1216, il demeura surtout à Malatya en Anatolie où naquit son premier enfant, un fils, en 618H/1221. Après avoir vécu célibataire une bonne partie de sa vie, il se maria pour approfondir le sens du hadtth prophétique rapportant que le Prophète avait apprécié trois choses en ce monde : la salât, le parfum et les femmes. Il se maria d'ailleurs plusieurs fois et eut sans doute de nombreux enfants quoique seul le nom de deux d'entre eux nous soient parvenus. On ignore exactement quand il s'établit à Damas mais sa présence n'y est pas attestée avant 627H/1230, année où il fut en butte aux critiques des exotéristes mais défendu et protégé par de nombreux docteurs de la Loi. Ce fut à la suite d'une révélation qu'il eut en 627H, qu'il écrivit son second ouvrage majeur, les Fusûs al-Hikam (en français les « Chatons de la Sagesse »). Il en reçut l'intégralité en une nuit du Prophète lui-même. Il mourut en 638H/1 à Damas.

Il fut sans doute, à tous points de vue, le plus fécond de tous les auteurs soufis. Dans son Histoire et classification de l'œuvre d'ibn Arabi, Othman Yahia répertorie 846 ouvrages qui lui seraient attribués, Ibn 'Arabî lui-même avouait ignorer combien il avait pu en écrire. Ibn 'Arabî s'attira parfois la réprobation de religieux littéraliste et certains de ses détracteurs, tels que, par exemple, Ibn Taymivya sont avérés eux-mêmes du reste souvent empreints d'hétérodoxie. Sha'rânî écrivit un ouvrage pour le défendre ainsi que 'Abd al-Ghanî al-Nâbulusî. Parmi les plus célèbres des maîtres ayant connu son influence, on mentionnera Qûnawî, Nâbulusî et l'Émir 'Abd al-Kader qui en fut le premier éditeur et dont les Mawâqif (« Le Livre des Haltes ») sont profondément marqués par sa doctrine. Selon Roger Deladrière, Ibn 'Arabi est l'auteur de « l'œuvre théologique, mystique et métaphysique la plus considérable qu'aucun homme ait jamais réalisée ». Elle aborde toutes les sciences religieuses islamiques.

Tiré du livre Femmes soufies, Sulamî. Notices biographiques par Jean Annestay

Partager cet article

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Abou Marwan
  • Abou Marwan
  • : Extrait d'ouvrage sur l'islam, le soufisme et la métaphysique
  • Contact

Recherche