Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 21:01

Abu l-Fayd Dhû l-Nûn Thawbân b. Ibrâhîm al-Misrî naquit à Akhmîm (l'ancienne Panopolis) en Haute-Egypte vers 180H/796 de parents nubiens. On dit qu'il aurait été un esclave affranchi. Son surnom de Dhû l-Nûn, « celui du poisson », était le nom coranique de Jonas (21, 87). Il étudia la médecine puis le tasawvuf auprès de différents maîtres, dont Sa'dûn le Cairote, et effectua de nombreux voyages, se rendit à La Mecque mais aussi à Damas et visita les spirituels de Lubbân, au sud d'Antioche. Il s'opposa aux Mu'tazilites à qui il reprochait de ne pas reconnaître le caractère incréé du Coran. Il fut un des premiers à enseigner la doctrine de la connaissance intérieure ou celle des états spirituels fixes (maqâm) et transitoires (ahwâl). On lui reprocha de professer la doctrine soufie en public. Alchimiste et thaumaturge, il fut arrêté pour hérésie en 214H/829, à Bagdad. Innocenté, selon 'Attâr, par le calife lui-même qui devint son disciple il revint au Caire et demeura en Egypte jusqu'à sa mort à Gizeh aux environs de 246H/861. Il était célèbre au point qu'à son décès, la foule était si nombreuse que l'on craint qu'elle ne fasse s'effondrer le pont que le cortège funéraire traversait. Une nuée d'oiseaux verts l'accompagna jusqu'à la tombe. Ibn 'Arabî lui a consacré un ouvrage, al-Kawkab al-durri fî manâqib Dhî l-Nûn al-Misri (traduit en français par Deladrière sous le titre La vie merveilleuse de Dhû l-Nûn l'Égyptien, Paris, 1988). Comme Râbi'a, il mit l'accent sur l'amour de Dieu et sur la ma'rifa, la connaissance intuitive et spirituelle, qu'il opposait au 'ilm, la connaissance discursive et mentale. Il compte parmi les premiers à avoir traité de la doctrine des états spirituels (ahwâl) et des stations de la sagesse (maqâmât). Comme Abu Yazid al-Bistâmî, son ami, il suivit la voie du blâme.

Il voyait dans la sincérité « l'épée de Dieu sur terre, qui tranche tout ce qu'elle touche. » II dit : « les gnostiques ne sont pas eux-mêmes, mais pour autant qu'ils aient une existence, c'est en Dieu qu'ils existent. »

Tiré du livre Femmes soufies, Sulamî. Notices biographiques par Jean Annestay.

Partager cet article

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Abou Marwan
  • Abou Marwan
  • : Extrait d'ouvrage sur l'islam, le soufisme et la métaphysique
  • Contact

Recherche