Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 22:02

    De toutes les communautés traditionnelles encore actuellement plus ou moins vivantes, c'est probablement les Indiens d'Amérique qui sont, grâce à leur mode de vie ancestral, les plus sensibles à la sainteté du macrocosme. C'est pourquoi ils voient cette vaste destruction, qu'ils pensent imminente eux aussi, sous un angle purement positif, comme un acte divin de normalisation qui fera table rase de toutes les constructions par lesquelles l'homme a défiguré et désacralisé la face vénérable de la terre, – d'où l'expression du Jour de la Purification qui désigne chez eux cet événement, attendu depuis longtemps. Dans l'Islam, l'événement également prédit, et dans des termes que les Indiens trouveraient rassurants. Ceci ne doit pas nous surprendre, puisqu'en dépit des nombreuses différences entre ces deux perspectives, l'Islam est toujours resté profondément conscient de ses origines nomades. Il a en outre un double droit à sa prétention à la primordialité, l'un rétrospectif, en tant que retour à la religion préjudaïque d'Abraham, et l'autre prospectif, en vertu de sa place au seuil du nouvel Âge primordial. Le Coran déclare expressément qu'avant la fin toutes les villes seront soit totalement détruites, soit durement châtiées ; et on peut présumer que cela aura été précédé par une frénésie de développement urbain, car, lorsqu'on l'a interrogé sur les signes qui annonceraient la proximité du dernier jour, le Prophète a en particulier mentionné l'excessive hauteur des futures constructions humaines.

    L'expression « Jour de la Purification » suggère une possibilité de redressement avant la clôture du cycle ; et dans le tableau que dresse l’Évangile de la période qui précède la fin, il y a de même un élément qui, parmi tous les maux explicitement prédits, semble suggérer une raison d'espérer. Le Christ annonce calamité sur calamité aboutissant à « une grande tribulation telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis le commencement du monde ». Puis il ajoute ces paroles, que nous avons déjà citées : « Et si ces jours-là n'étaient abrégés personne n'en réchapperait ; mais, à cause des élus, ces jours-là seront abrégés. » Les versets qui suivent immédiatement sont aussi négatifs que ceux qui précèdent, et on les lit habituellement comme se référant à l'Antéchrist. Mais l'abrègement des jours par égard pour ces élus fait penser qu'après la destruction, ces élus pourront accomplir quelque chose, même si ce n'est que pour un laps de temps très court ; et dans ce contexte plus positif, nous pouvons nous reporter à la promesse de l'Ancien Testament qu’Élie reviendra avant la fin. Particulièrement appropriées sont alors les paroles de Jésus qui confirment : « Il est vrai qu’Élie doit venir et rétablir toutes choses. »

(à suivre)

La Onzième Heure, Martin Lings

Partager cet article

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Métaphysique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Abou Marwan
  • Abou Marwan
  • : Extrait d'ouvrage sur l'islam, le soufisme et la métaphysique
  • Contact

Recherche