Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 20:11

 

1) L'âme raisonnable humaine, qui est la dernière œuvre du démiurge, forme de vie immortelle, mue par elle-même et transcendant complètement le corps de chair et d'os quand elle se tourne vers elle-même ou vers les entités ontologiquement supérieures ; dans cette condition, elle est maîtresse de ses désirs et impulsions, mais non pas si elle se tourne entièrement vers le corps destructible ; elle est liée au corps ou véhicule lumineux, immortel comme elle.

2) L'âme irrationnelle que l'âme raisonnable produit quand elle s'unit à un corps : elle-là est mortelle, mais de plus longue vie que le corps de chair et d'os ; elle meurt en même temps que le corps pneumatique auquel elle est liée, après avoir survécu avec lui à plusieurs réincarnations ; elle est une forme de vie étroitement mêlée au corps en chair et en os, mais comporte des traces de mouvement autonome (elle ne se meut pas par elle-même, mais à partir d'elle-même, et d'une manière transcendante par rapport au corps) ; elle a des traces de désirs et tendances autonomes.

3) L'âme végétative, produite également par l'âme raisonnable humaine quand celle-ci s'unit à un corps périssable, est mortelle et périt avec le corps ; forme de vie mue par un autre, elle ne conserve que peu d'automotricité apparente : la passivité de « l'être mû » prévaut en elle.

 

Ilsetraut et Pierre Hadot, Apprendre à philosopher dans l'Antiquité

Partager cet article

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Abou Marwan
  • Abou Marwan
  • : Extrait d'ouvrage sur l'islam, le soufisme et la métaphysique
  • Contact

Recherche