Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 22:40

   Les savants de l'Au-delà doivent se tenir à distance des détenteurs du pouvoir temporel.

   Le savant véritable évite de leur rendre visite tant qu'il à la possibilité de les fuir. Il doit prendre garde à ne pas les fréquenter, même s'ils viennent le voir. Car la vie présente est d'une douceur trompeuse, et les rênes du monde sont entre les mains des puissants. Quiconque les fréquente ne peut s'empêcher de les flatter et d'essayer de s'attirer leur grâce, malgré l'injustice caractérisée dont ils font preuve. Tout homme pieux doit faire des remontrances aux princes et autres chefs temporels, sans hésiter à les inquiéter en leur faisant voir les injustices qu'ils commettent, et en dénonçant ouvertement leurs forfaits. Quiconque se compromet avec les puissants du bas-monde sera inévitablement amené à rechercher leurs faveurs, méprisant ainsi le bienfait dont Dieu l'a gratifié, ou bien à se montrer complaisant envers eux, justifiant ainsi leurs péchés. Enfin, quiconque les fréquente se sent obligé d'adopter un langage affecté avec eux pour leur plaire, tombant ainsi dans un mensonge flagrant. Qu'il espère partager un peu de leur luxe, et il s'expose alors à un profit illégalement acquis.

Al-Ghazâlî, Le livre de la Science

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 19:31

[Les traits distinctifs des savants de l'Au-delà :]

1) Ne pas courir après les intérêts mondains au moyen de la science.

2) Les actes du savant de l'Au-delà sont cohérents avec ses paroles.

3) Le savant de l'Au-delà désire acquérir la science utile pour l'Autre monde, inspirant l'obéissance à Dieu.

4) Ne pas avoir un penchant pour le faste et le raffinement s'agissant de la nourriture, de la boisson, des habits et du logis.

5) Les savants de l'Au-delà doivent se tenir à distance des détenteurs du pouvoir temporel.

6) Le savant authentique, celui qui désire la Vie éternelle en Dieu, ne s'empresse pas de donner des fatwas à tout bout de champ.

7) Le savant de l'Au-delà se concentre prioritairement sur la science intérieure, ou ésotérique, sur la surveillance de son cœur, et sur la connaissance de la voie menant à la Vie éternelle.

8) Le savant de l'Au-delà a le soucis de renforcer la certitude réalisée en Dieu.

9) Le véritable savant est constamment triste et silencieux, l'air abattu, et sans cesse pensif.

10) Le savant de l'Au-delà consacre la plupart de ses efforts d'approfondissement intellectuel à connaître la nature des œuvres, et à savoir ce qui peut les altérer, perturber le cœur, faire naître les suggestions de l'âme, et exciter le mal.

11) Le savant de l'Au-delà utilise, en matière de sciences, son intuition spirituelle et sa compréhension grâce à la pureté du cœur, sans s'appuyer sur les livres, ou suivre aveuglément et bêtement ce qu'il a entendu d'un autre.

12) Se prémunis contre les innovations, quand bien même la plupart des gens les auraient acceptées.

   Voilà donc, en conclusion, quels sont les douze traits distinctifs et les qualités par lesquels se reconnaissent les savants de l'Au-delà. Chacun d'eux correspond à plusieurs caractéristiques qui étaient celles des savants des premières générations de l'Islam. Sois donc, cher Lecteur, de ceux qui possèdent ces qualités, ou au moins, de ceux qui, tout en les reconnaissant, admet son incapacité à les acquérir !

Al-Ghazâlî, Le livre de la Science

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 20:10

    Arabic ʿilm is fairly well rendered by our “knowledge”. However, “knowledge” falls short of expressing all the factual and emotional contents of ʿilm. For ʿilm is one of those concepts that have dominated Islam and given Muslim its distinctive shape and complexion. In fact, there is no other concept that has been operative as a determinant of Muslim civilization in all its aspects to the same extent as ʿilm. This holds good even for the most powerful among the terms of Muslim religious life such as, for instance, tawhîd “recognition of the oneness of God”, ad-dîn “the true religion”, and many others that are used constantly and emphatically. None of them equals ʿilm in depth of meaning and wide incidence of use. There is no branch of Muslim intellectual life, of Muslim religious and political life, and of the daily life of the average Muslim that remained untouched by the all-pervasive attitude toward “knowledge” as something of supreme value for Muslim being. ʿIlm is Islam, even if the theologians have been hesitant to accept the technical correctness of this equation. The very fact of their passionate discussion of the concept attests to its fundamental importance for Islam.

Franz Rosenthal, Knowledge Triumphant, The concept of knowledge in medieval Islam

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 13:47

  En fait, l’utilisation de choses permises à des fins d'ornementation n'a rien d'illicite. Cependant, une fois qu'à été prise l'habitude d'une certaine recherche de beauté, non seulement il devient difficile de se défaire de cette habitude, mais celle-ci amène inévitablement à commettre des péchés, tels la complaisance, le compromission, l'hypocrisie, et autres choses défendues. Il est donc plus sage d'éviter ces fioritures, d'autant plus que celui qui plonge dans l'apparat du bas-monde n'en ressortira jamais indemne.

Al-Ghazâlî, Le livre de la Science

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 16:12

   On demanda à Hâtim Asamm comment il faisait la prière. « D'abord, répondit-il, je purifie mon corps en le lavant avec de l'eau, en même temps que je lave mon cœur avec la pénitence en faisant une purification interne. Ensuite, je me rends à la mosquée. En elle je vois la Kaaba, de même que dans la niche de prière (mihrâb) je vois le lieu où se tenait Abraham. Je distingue à ma droite le Paradis, à ma gauche l'Enfer, le pont du Sirât sous mes pieds, Azrâ'îl l'ange de la mort derrière moi. Alors que remets mon cœur à la garde de Dieu et, prononçant la formule d'entrée en prière « Dieu est grand » (takbîr), je joins mes mains pour la prière, que je fais debout dans une attitude suppliante ; je récite le Coran avec soin, je me prosterne en toute humilité, je reste assis avec persévérance en état d'oraison, et je finis par l'action de grâce et la salutation. »

Le mémorial des saints, Farîd al-Dîn Attâr

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 21:24

   Selon Abû Dardâ', le Prophète Muhammad rapporte cette Parole divine qui fut révélée à l'un des prophètes : Ceux qui étudient Ma Loi pour un but autre que religieux, ceux qui apprennent la science sacrée en ayant une autre intention que celle de la mettre en œuvre, ceux qui pratiquent les actes de piété pour servir leurs intérêts mondains, ceux qui sont extérieurement doux comme des agneaux avec les gens, alors que leur cœurs est pareil à celui des loups, ceux dont la langue est plus suave que le miel mais dont le cœur est plus amer que l'aloès : est-ce Moi qu'ils essayent ainsi de tromper, et dont ils se moquent ? Dis-leur donc qu'ils auront droit à une telle épreuve de Ma part qu'elle rendra perplexe même le plus débonnaire !

Al-Ghazâlî, Le livre de la Science

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 22:14
  1. La sollicitude envers les élèves. Le maître doit les traiter comme s'ils étaient ses propres enfants. [...]

  2. Suivre l'exemple du Prophète. Le maître ne doit demander aucun salaire, il ne doit espérer aucune rétribution ou remerciement en échange du savoir qu'il dispense. Il s'engage à enseigner pour l'amour de Dieu, et pour se rapprocher de Lui. [...]

  3. Conseiller l'élève en toute chose. Par exemple, le maître interdira à l'élève d'aborder un niveau de connaissance pour lequel il estime que celui-ci n'est pas à la hauteur ; il le dissuadera aussi d'étudier les sciences ésotériques avant d'avoir fini l'apprentissage des sciences exotériques. [...]

  4. Éloigner l'élève des mauvais comportements et caractères, en utilisant de préférence l'allusion, autant que faire se peut, et non ouvertement, mais toujours avec miséricorde et sans remontrance. [...]

  5. Le maître qui enseigne certaines sciences ne dénigrera pas les autres sciences en les rendant détestables aux yeux de l'élève. [...]

  6. Se limiter à la capacité de compréhension de l'élève. Le maître ne délivrera pas d'enseignements que la raison de l'étudiant ne peut comprendre, au risque de le faire fuir, ou de troubler son esprit. [...]

  7. Enseigner à l'élève dont la capacité est limitée ce qui est clair, évident et lui convient, sans même lui préciser qu'il existe au-delà de telle ou telle chose d'autres choses qui le dépassent. Sinon, le désir qu'a l'étudiant d'apprendre ces savoirs clairs risque de s'amenuiser, son cœur sera perturbé, et il deviendra paresseux dans son apprentissage. Chacun croit qu'il est apte à recevoir toutes sciences subtiles et fines. Chacun est convaincu que Dieu lui a donné l'intelligence parfaite, alors que les plus faibles d'esprit sont justement ceux qui se croient les plus intelligents du monde. [...]

  8. Mettre en pratique ses connaissances. Les actes du maître ne doivent pas démentir ses propos. [...]

Al-Ghazâli, Le livre de la Science

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 23:18
  1. Donner la priorité à la pureté et à la purification de l'âme, qu'il faut débarrasser des vices et des attributs blâmables. […]

  2. Réduire ses attaches terrestres, s'éloigner des siens et de son pays. […]

  3. Ne pas se montrer hautain à l'égard du savoir, ni jamais comploter contre l'enseignant. Bien au contraire, l'étudiant doit s'en remettre entièrement à l'enseignant, dans les moindres détails, et suivre ses conseils comme le malade ignorant se plie aux indications du médecin compatissant et habile. […]

  4. Au début de son apprentissage, l'étudiant évitera de prêter attention aux divergences existantes, qu'il étudie les science de ce monde ou celles de l'Au-delà. […] L'élève doit maîtriser la seule voie que son maître estime méritoire. Ce n'est que par la suite que l'étudiant pourra s'intéresser éventuellement aux diverses interprétations doctrinales et à certaines questions ambiguës. Si le maître ne s'en tient pas à une seule opinion, mais qu'il a l'habitude de rapporter les points de vue des diverses écoles juridiques, avec leurs commentaires, il faut alors que l'élève prenne garde. En effet, dans ce cas, l'enseignant est davantage susceptible d'induire en erreur que d'orienter vers la voie juste, car un aveugle ne saurait guider et orienter d'autres aveugles. […]

  5. Ne pas laisser une branche ou une matière des sciences louables sans en avoir vérifié l'objet et le but. […]

  6. Ne pas plonger tête baissée dans une discipline scientifique, mais respecter un ordre progressif. L'étudiant commencera par le plus important, en sachant bien que, si toute une vie ne suffit généralement pas pour acquérir l'ensemble des savoirs, sa détermination doit être de tirer le meilleur de chaque science étudiée. […]

  7. Ne pas entamer un nouveau sujet d'étude avant d'avoir épuisé le précédent. Les sciences sont ordonnées de telle façon que chacune conduit à une autre. […]

  8. Savoir reconnaître la plus noble de toutes les sciences, en prenant en compte, d'un côté, le fruit d'un savoir, et de l'autre la fiabilité et la force des preuves en sa faveur. […]

  9. Que le but du disciple soit d'orner son être intérieur de la vertu spirituelle, dans l'espoir de se rapprocher de Dieu, et de s'élever vers le Royaume des Cieux parmi les Anges et les Élus rapprochés. L'étudiant ne doit, à travers son apprentissage du savoir, ni viser l'argent et le pouvoir, ni chercher à disputer avec les idiots, ni essayer d'épater ses semblables. Si c'est bien la proximité divine qu'il a effectivement en vue, l'élève étudiera et recherchera la science qui est la plus conforme à son objectif : la science de l'Au-delà. Cela dit, il ne doit pas pour autant mépriser des sciences comme les fatwas, la grammaire et la langue, qui sont liées au Livre saint et à la Tradition du Prophète […]. […]

  10. Connaître la position des différentes sciences par rapport à l'objectif, afin que l'étudiant ne préfère pas les sciences éloignées aux sciences élevées et proches du but, ou qu'il n'attache pas plus d'importance à des sciences de moindre valeur. […]

Al-Ghazali, Le livre de la Science

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 22:23

Il existe donc trois types de savants. Il y a ceux qui causent leur propre perte et celle des autres : ils appellent à grands cris à désirer ce bas-monde, et sont les premiers dans cette course. Puis il y a ceux qui s'aident eux-mêmes et aident les autres : ils appellent les créatures à Dieu, par leur comportement extérieur, leur connaissance, et leurs qualités intérieures. Enfin, il y a ceux qui causent leur propre perte tout en aidant les autres : indiquant l'Au-delà, ils ont renoncé extérieurement au monde présent, mais ils désirent intérieurement l'assentiment des gens et la célébrité. Que chacun d'entre nous, alors, vérifie dans quel groupe il se place, et pour quel but il s'est préparé ! Et que l'on n'aille surtout pas croire que Dieu accepte autre chose que l’œuvre et le savoir qui Lui sont sincèrement et exclusivement voués !

 

Al-Ghazâli, Le livre de la Science

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 22:52

  Sufyân Thawrî, qui était pourtant un savant modèle en matière de science extérieure, disait lui-même de cette science que sa quête n'est pas utile pour l'Au-delà. Comment pourrait-il en être autrement alors que tous les savants s'accordent à dire que le savoir n'est noble que s'il est mis en pratique ? Comment peut-on atteindre cette noblesse en connaissant les formes de divorce et répudiation (zihâr, li'ân), ou les règles détaillées de la vente à terme (salam), de la location (ijâra) et du change monétaire (sarf) ? Il faut être fou pour croire qu'on se rapprochera de Dieu en apprenant ce genre de choses. En réalité, ce sont les cœurs qui agissent quand les membres du corps obéissent à Dieu. Voilà la noblesse et la dignité véritables !

Al-Ghazâli, Le livre de la Science

Repost 0
Published by Abou Marwan - dans Islam
commenter cet article

Présentation

  • : Abou Marwan
  • Abou Marwan
  • : Extrait d'ouvrage sur l'islam, le soufisme et la métaphysique
  • Contact

Recherche